Older postsAnciens articles | Newer postsArticles récents  

 — February 3, 20093 février 2009
 
[Moscou • ENI\Sophia Kishkovsky] Le métropolite Kirill de Smolensk et Kaliningrad, qui a été intronisé à Moscou 16e patriarche de l'histoire de l'Eglise orthodoxe russe sous le nom de Kirill Ier, a souligné qu'il est de son devoir d'assurer l'unité au sein de l'Eglise afin de préserver la foi. Cependant, certains observateurs considèrent qu'il a davantage les qualités d'un "leader politique" que son prédécesseur. Des centaines de hiérarques en habits dorés, le président russe Dmitri Medvedev et le Premier ministre Vladimir Poutine ont assisté à la cérémonie de trois heures et demie, en compagnie d'une délégation du Vatican menée par le cardinal Walter Kasper. Le secrétaire général du Conseil œcuménique des Eglises, le pasteur Samuel Kobia, était également présent lors de l'intronisation du premier patriarche élu depuis la chute de l'Union soviétique. Dans son premier sermon en tant que patriarche, Kirill Ier a souligné l'importance de l'unité de l'Eglise, qui a été menacée par des appels lancés en Ukraine en faveur d'une rupture avec Moscou, et par une dissidence en Russie même concernant les liens de l'Eglise avec d'autres Eglises. "Le patriarche est le garant de l'unité interne de l'Eglise et, avec ses frères de l'épiscopat, il est le gardien de la pureté de la foi", a-t-il déclaré. Il a ensuite évoqué l'effondrement de l'Empire russe puis de l'Union soviétique. Ces événements continuent d'affecter l'Eglise orthodoxe russe, a affirmé Kirill, car son territoire s'étend au-delà des frontières de la Fédération de Russie actuelle. "Le patriarche est le protecteur des frontières canoniques de l'Eglise. Ce ministère revêt une importance particulière dans la situation qui s'est constituée après la naissance d'Etats indépendants sur le territoire de la 'Rus historique'," a affirmé le nouveau patriarche. Illustrant l'évolution des relations entre l'Eglise et l'Etat depuis la chute du communisme, Dmitri Medvedev et Vladimir Poutine étaient bien en vue dans cette cathédrale rasée sur l'ordre du dictateur Joseph Staline en 1931, puis reconstruite à l'identique dans les années 1990. Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev sont entrés dans le retable pour assister à l'ascension de Kirill sur le trône patriarcal. A la fin de la célébration, Dmitri Medvedev a prononcé un bref discours dans lequel il a exprimé l'espoir que l'intronisation de Kirill ouvrirait la voie à un dialogue plus étroit entre l'Eglise et l'Etat. Le rôle du patriarche, a-t-il déclaré, est particulièrement important en Russie. Kirill Ier a été élu dans cette même cathédrale le 27 janvier par un conseil d'évêques, de prêtres, de moines et de laïcs de l'Eglise orthodoxe russe. Il succède au patriarche Alexis II, décédé le 5 décembre après avoir mené l'Eglise dès la fin de la période soviétique. Les critiques de Kirill, qui ont soutenu les deux autres principaux candidats - le métropolite Clément de Kaluga et Borovsk et le métropolite Filaret de Minsk - affirment que le nouveau patriarche trempe dans des scandales remontant aux années 1990, liés à des réductions d'impôts sur l'alcool et le tabac, accordées à l'Eglise pour soutenir son redressement. On lui a également reproché d'être trop ostentatoire, trop porté sur les médias et trop politique. "Il ne fait aucun doute qu'il est plus politique qu'Alexis", a déclaré Nikolaï Mitrokhine, un spécialiste de l'Eglise orthodoxe russe au Centre pour les études est-européennes de l'Université de Brême, en Allemagne. Nikolaï Mitrokhine a souligné que Kirill est, en tant que patriarche de Moscou, le président du Conseil mondial du peuple russe, une organisation nationaliste, et qu'il parle constamment de la "Sainte Rus".

Posted: February 3, 2009 • Permanent link: ecu.net/?p=550
Categories: NewsIn this article: Orthodox
Transmis : 3 février 2009 • Lien permanente : ecu.net/?p=550
Catégorie : NewsDans cet article : Orthodox


  Older postsAnciens articles | Newer postsArticles récents