Older postsAnciens articles | Newer postsArticles récents  

 — June 30, 200630 juin 2006
 

La décision unanime de la Cour suprême du Canada rendue le 2 mars, autorisant le port du kirpan par un élève sikh d'une école publique du Québec, est vue comme une affirmation positive de la liberté de religion. « C'est un geste en faveur du pluralisme et des accommodements aux différences religieuses » a déclaré l'avocat constitutionnel Peter Lauwers. « Le tribunal a jugé normal qu'un sikh orthodoxe doive toujours porter un kirpan, même au lit. C'est une exigence religieuse légitime », a-t-il ajouté. Cela signifie que les signes religieux extérieurs, tels que les croix, les étoiles de David, les tchadors ou hidjabs et autres symboles religieux, doivent être tolérés. Le tribunal a déclaré que les écoles pouvaient imposer des restrictions au port du kirpan pour des raisons de sûreté, comme s'assurer qu'il soit émoussé, soigneusement enveloppé et dissimulé sous les vêtements du garçon. Et on a établi une distinction avec les avions où les kirpans sont bannis pour des raisons de sécurité. Janet Epp Buckingham, directrice du département de droit et politique publique de l'Alliance évangélique du Canada, voit dans cette décision une affirmation de l'importance de la liberté de religion au Canada. (Traduit de The Catholic Register)

Le nouveau directeur exécutif du Canadian Council on American-Islam Relations (CAIR-CAN) est entré en fonction au début d'avril 2006. Natif de Québec, Karl Nickner s'est converti à l'islam il y a environ douze ans. Il est parfaitement bilingue et a une passion pour la politique publique et la défense des droits. « J'admire depuis longtemps le professionnalisme de CAIR-CAN et, si Dieu le veut, je pourrai le conduire vers de nouveaux succès grâce à la coopération et au partenariat avec les Canadiens dans l'ensemble du pays », a-t-il déclaré. Pour plus de renseignements : CAIR-CAN, P.O. Box 13219, Ottawa, ON, K2K 1X4; tél. : 1-866-524-0004; télec. : 613-254-9810; Site web : [www.caircan.ca]

La Société biblique canadienne célèbre cent ans de distribution, de traduction et de publication de la Bible au Canada et à travers le monde. La Société a Traduit les Écritures dans 134 langues, dont vingt-trois langues autochtones. Elle offre des bibles en gros caractères, en Braille et en audiocassettes et distribue des Nouveaux Testaments à des prisons, aux forces armées canadiennes, à des hôpitaux et cliniques et offre cent bibles gratuites à des églises détruites par le feu. La Société célébrera son centenaire à travers le Canada par divers événements locaux organisés par des bureaux de districts. Pour renseignements supplémentaires, consulter le site web de la Société [http://www.societebiblique.ca/]. (Traduit du Presbyterian Record)

Des dirigeants des Églises unie, presbytérienne, anglicane et catholique romaine entreprennent une tournée de dix jours à travers le Canada pour partager leur désir de guérison et de réconciliation entre les fidèles, la communauté autochtone et la société civile et encourager les Églises à marcher ensemble avec leurs voisins autochtones. On recommandera à l'Assemblée générale que l'Église presbytérienne au Canada reconnaisse la journée nationale de guérison et de réconciliation -- le 26 mai -- en déclarant le dimanche qui précède cette date comme le dimanche de la guérison et de la réconciliation. Il existe déjà dans l'Églises presbytérienne au Canada des ministères destinés uniquement aux autochtones (conseillance, banques alimentaires, refuges, etc.), mais la nouvelle initiative sera axée sur les relations entre autochtones et non-autochtones, amenant parfois l'Église tout entière à s'impliquer et à susciter l'action. (Traduit de The Presbyterian Record)

Posted: June 30, 2006 • Permanent link: ecu.net/?p=250
Categories: CCEIn this article: Centre Canadien d’œcuménisme
Transmis : 30 juin 2006 • Lien permanente : ecu.net/?p=250
Catégorie : CCEDans cet article : Centre Canadien d’œcuménisme


  Older postsAnciens articles | Newer postsArticles récents