Older postsAnciens articles | Newer postsArticles récents  

 — June 30, 200630 juin 2006
 

Benoît XVI se rendra cette année au patriarcat œcuménique à Istanbul (l’ancienne Constantinople). Ce voyage aura lieu du 28 au 30 novembre prochain, à l’occasion de la fête de l’apôtre André, saint patron de l’Église de Constantinople. (Service Orthodoxe de Presse)

Les Assises chrétiennes de la mondialisation (ACM), la deuxième assemblée de ce dynamique rassemblement de cinquante mouvements et organisations chrétiens a eu lieu les 14 et 25 janvier à Lille. Leur objectif était de débattre et élaborer un Livre blanc… « La conscience chrétienne est interpellée par les enjeux de la mondialisation; elle peut aussi beaucoup contribuer à l’humanisation de la mondialisation. » Un livre avec le titre « Dialogues pour une terre habitable » a été adopté. Le livre synthétise les analyses et propositions autour de quatre thèmes: développment durable, les immigrants, la création de richesse et la gouvernance. (œcuménisme — Informations)

Les professionnels musulmans de la santé du Royaume-Uni demandent aux théologiens de lancer une fatwa à l’échelle mondiale contre le tabac. « Nous espérons servir de catalyseurs dans ce débat » a déclaré le Dr Aziz Sheikh, professeur en soins primaires à l’université d’Édimbourg, Écosse, co-auteur du document. Bien que le livre saint des musulmans, le Coran, et les dits du Prophète n’interdisent pas explicitement l’usage du tabac, les juristes ont récemment émis des ordonnances qui le rendent illégal, citant l’interdiction générale de l’islam contre toute action qui cause du tort au corps ou à la santé d’autrui. (Traduit du National Catholic Reporter)

Les congrégations chrétiennes des États-Unis pourront se procurer des rameaux de palmes à des fins liturgiques d’une manière qui soit juste au plan économique et environnemental. Eco-Palms, un projet de commerce équitable du centre de ressources naturelles intégrées et de gestion agricole de l’université du Minnesota, s’assure que les cueilleurs de palmes en Amérique centrale et du sud reçoivent un salaire décent, font la promotion de méthodes de récolte et de régénération naturelle durables et décourage la coupe à blanc ou les blessures aux autres arbres de la forêt. Selon les données du Centre, les églises américaines utilisent chaque année 308 millions de rameaux de palmes, d’une valeur de quelque 4,5 millions US$, non seulement pour le dimanche des Rameaux et les jeux de la Passion, mais aussi pour des mariages, des funérailles et des arrangements floraux. « Nous ne payons que 5 sous le rameau, mais tout va directement aux cueilleurs » déclare RaeLynn Loss-Jones, représentante du Centre. (Traduit du National Catholic Reporter)

Les journées du 15 et 16 février 2006 avaient été désignées journées de soutien au Darfour, aux États-Unis, et des milliers d’Américains sont allés à Washington demander la protection pour les civils du Darfour, et l’octroi de ressources financières et des forces de maintien de la paix additionnelles. Une délégation de soixante-cinq personnes, représentant diverses organisations religieuses et humanitaires, s’est rendue au département d’État. Elles ont demandé que les dirigeants soudanais soient tenus responsables des atrocités qu’ils continuent de commettre et qu’il y ait un engagement actif du gouvernement des États-Unis à soutenir le fragile processus de paix au Darfour. (Traduit du Prairie Messenger)

Des écoles confessionnelles de Grande-Bretagne — catholiques, anglicanes, méthodistes, évangéliques, juives, musulmanes, hindoues, sikhes et bouddhistes — se sont mises d’accord pour aborder la question de l’enseignement de religions autres que la leur. Dans une déclaration signée le 27 février 2006, les chefs religieux ont affirmé que l’enseignement de plusieurs religions permettait aux enfants « de développer le respect et la sensibilité à l’égard d’autrui, en particulier ceux dont la religion et les croyances sont différentes des leurs… Il favorise le discernement et permet aux élèves de combattre les préjugés. » «Nous croyons que les écoles confessionnelles ne doivent pas enseigner uniquement leur propre religion, mais aussi faire prendre conscience des croyances d’autres religions », ont-ils ajouté. (Traduit du Prairie Messenger)

Après une visite d’un mois au Pakistan, en 2001, une adolescente du Minnesota, Chiara Kovarik, a publié un livre de 174 pages, Interviews With Muslim Women of Pakistan (Interviews avec des musulmanes du Pakistan). « J’y étais allée avec l’idée courante que les femmes y sont opprimées et n’ont pas droit de parole, et j’ai constaté que nombre d’idées préconçues n’étaient pas justes », a-t-elle dit. Pour corriger les malentendus au sujet des femmes musulmanes et faire entendre leur voix, Chiara Kovarik a relevé le défi de faire des entrevues. Même quand des femmes acceptaient d’être interviewées, elles devaient obtenir le consentement d’un parent masculin et composer avec la présence d’hommes qui insistaient pour être présents et répondre à la place des femmes ou écarter leurs réponses. Elle a posé dix questions aux femmes, entre autres comment leur vie était-elle différente de celle de leurs mères et grand-mères, quelles étaient leurs priorités, que représentait pour elles le fait d’être musulmane, d’être femme, et qu’est-ce qu’on attendait d’elles. « Aucune n’a exprimé de regret », a-t-elle dit. Une semaine seulement après son retour du Pakistan avaient lieu les attentats du 11 septembre. Elle a de nouveau communiqué avec les femmes musulmanes pour leur demander ce qu’elles pensaient du terrorisme. « Elles étaient aussi horrifiées et en état de choc que nous l’étions » a-t-elle constaté. « Elles insistaient pour dire que l’islam n’approuve en aucune manière les actions des terroristes, et elles voulaient réellement que le monde le sache. » (Traduit du Prairie Messenger)

La Déclaration d’Amman sur la pleine communion entre l’Église évangélique luthérienne de Jordanie et de Terre Sainte (ELCJHL) et les Églises réformées (presbytérienne et congrégationaliste) au Moyen-Orient a été signée le 26 janvier 2006 par sept représentants des Églises, dont l’évêque Munib Younan de la ELCJHL. Une note de la ELCJHL signale que « les Églises reconnaissent mutuellement leurs ministères… Elles autorisent la participation réciproque à leurs cultes… et à d’autres activités communes pour promouvoir le témoignage œcuménique et interconfessionnel au service du peuple de Dieu dans nos pays. » (Traduit de Lutheran World Information)

Le séminaire théologique presbytérien de Louisville a créé une maîtrise de conférences en l’honneur des premières femmes afro-américaines ordonnées au ministère de la Parole et des sacrements dans l’Église presbytérienne. La Katie Geneva Cannon Lectureship, inaugurée le 26 mars par le Dr Cannon, deviendra un programme annuel du Seminary’s Women’s Centre et donnera une tribune aux femmes universitaires appartenant à une minorité ethnique aux Etats-Unis, lesquelles pourraient apporter une lecture critique des structures et idéologies opprimantes de notre époque. Le professeur Cannon est la première Afro-Américaine ordonnée dans l’Église presbytérienne unie aux États-Unis, en 1974, et la première Afro-Américaine à obtenir un doctorat en philosophie de l’Union Theological Seminary, en 1983. « En tant qu’étudiante afro-américaine dans les années soixante-dix, j’étais vue comme une curiosité, non seulement parce que j’étais Noire, mais aussi parce que j’étais une femme et une femme engagée dans le ministère » se rappelle-t-elle. Aujourd’hui, elle est considérée comme un chef de file de la théologie féministe et de l’éthique sociale afro-américaine. Elle est présidente de la Société pour l’étude de la religion noire et participe actuellement à un colloque panafricain sur la religion et la pauvreté en Afrique et dans la diaspora africaine, parrainée par la fondation Ford. (Traduit du Louisville Seminary)

Les dirigeants chrétiens évangéliques des États-Unis ont lancé le projet Evangelical Climate Initiative qui voit la réduction du monoxyde de carbone comme une « tâche primordiale pour tous les habitants de la terre ». « Voyez les prévisions », a dit l’organisateur du projet, le pasteur Jim Ball, « Des millions de personnes vont mourir à cause du réchauffement de la planète. Ce sont des gens que Jésus aime. » Depuis l’an 2000, le pasteur Ball dirige l’Evangelical Environmental Network (réseau environnemental évangélique), basé à Washington, qui a aidé à fonder le projet Evangelical Climate. (Traduit du National Catholic Reporter)

L’association « Rabbins pour les droits de l’homme en Israël », organisme engagé dans la promotion des droits et de la justice sociale pour les Israéliens et les Palestiniens basé à Jérusalem, s’est vu décerner le Prix de la paix Niwano 2006 à Tokyo, le 11 mai. Le rabbin Arik Ascherman, directeur exécutif de l’association, a subi la colère des autorités israéliennes et a été poursuivi devant les tribunaux israéliens pour avoir essayé de protéger les biens et maisons de Palestiniens de la démolition. En plus d’un certificat, le prix est assorti d’une médaille et d’un montant de 23 millions de yens (195 000 US$). (Traduit de Anglican Journal)

Organisé conjointement par l’Institut de théologie orthodoxe de Paris (Institut Saint-Serge) et la Faculté de théologie de Paris, un colloque théologique s’est tenu à Paris les 26 et 27 janvier dernier, sur le thème de la Création. Il s’est déroulé dans les locaux de la Faculté de théologie protestante, le premier jour, puis dans ceux de l’Institut Saint-Serge, le lendemain, avec la participation d’étudiants et d’enseignants des deux instituts. Lors des débats, reprenant les différentes questions abordées dans les exposés, on a pu constater de franches divergences entre, d’une part, une approche orthodoxe, largement marquée par une lecture directement théologique des textes bibliques et, d’autre part, une tendance protestante à privilégier dans les usages ou croyances ce qui est vérifiable par une attestation scripturaire strictement littérale. Plusieurs enseignants orthodoxes ont rendu hommage à l’honnêteté intellectuelle de l’approche exégétique protestante. Dans une atmosphère chaleureuse, ou chacun a pu apprécier la richesse des échanges, les participants sont convenus d’une prochaine rencontre dans trois ans. (Service Orthodoxe de Presse)

La 5e session de la Commission russo-iranienne de dialogue entre l’orthodoxie et l’islam s’est tenue du 28 février au 4 mars, à Téhéran, sur le thème « L’eschatologie du point de vue de l’orthodoxie et du point de vue de l’islam ». Dans le message qu’il a adressé aux participants, le patriarche de Moscou, Alexis II, a souligné la proximité des points de vue existant entre son Église et les responsables religieux iraniens en ce qui concerne « la compréhension de nombreux aspects des relations mutuelles entre la religion, l’État et la société, le rôle significatif de la religion dans les processus sociaux, y compris le renforcement de la morale et la construction de l’entente ». Durant son séjour en Iran, la délégation du patriarcat de Moscou a rencontré l’ayatollah Mohammed Haraki, président de l’organisation de la culture islamique et des relations extérieures, et a également visité l’église russe Saint-Nicolas, à Téhéran, et le centre de théologie islamique dans la ville de Qom. Créée à la suite de rencontres entre le métropolite Cyrille de Smolensk, responsable du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou, et l’ayatollah Mohammed-Ali Tashkiri, à l’époque, président de l’organisation de la culture islamique et des relations extérieures, la commission de dialogue a tenu sa première session en décembre 1977. (Service Orthodoxe de Presse)

Des chefs religieux des principales religions de Bulgarie ont dénoncé, à l’occasion d’une rencontre le 28 mars, l’intolérance ethnique et religieuse et se sont engagés à renforcer la paix interreligieuse et interethnique. « Nous, dirigeants de confessions religieuses de Bulgarie et en tant que citoyens bulgares, affirmons notre volonté ferme de renforcer la paix religieuse et la paix ethnique » ont déclaré des chefs religieux chrétiens orthodoxes, catholiques romains, évangéliques et arméniens ainsi que des représentants musulmans et juifs, dans une déclaration commune à la fin de la rencontre. Cette rencontre a eu lieu à l’initiative de l’Église orthodoxe bulgare qui s’inquiétait, depuis plusieurs mois, du climat d’intolérance religieuse et ethnique dans le pays. On y a aussi discuté de la possibilité que différentes confessions religieuses s’unissent pour célébrer lors de certaines fêtes publiques. Dans la Bulgarie postcommuniste, l’Église orthodoxe bulgare est la seule communauté de foi à être représentée officiellement lors de certaines célébrations nationales. Elle représente environ 82% de la population bulgare estimée à 7,5 millions d’habitants; les autres Églises chrétiennes représentent 1,2% et les musulmans, 2%. (Traduit de Ecumenical News International)

Les époux qui fréquentent l’église ensemble risquent moins de divorcer, selon une récente recherche de l’université du Michigan. L’étude, conduite par des chercheurs associés à l’Institut pour la recherche sociale, avait pour but de déterminer le rapport de la race ou de la religion avec le risque de divorce au cours des sept premières années de mariage. L’étude a démontré que, quelle que soit la race, les couples qui assistent à des offices religieux ensemble courent moins de risques de divorcer. (Traduit de The Banner)

Le deuxième congrès mondial des imams et rabbins pour la paix a réuni quelque 140 imams et rabbins de trente-quatre pays à Séville, dans le sud de l’Espagne, à la fin de mars. La rencontre était organisée conjointement par Hommes de parole et la Fondation des trois cultures de la Méditerranée. Dans une déclaration commune, le 22 mars, les participants affirmaient : « Bien que la situation politique ait eu un effet négatif sur nos relations, nos deux religions partagent les valeurs les plus fondamentales de la foi dans le Tout-Puissant dont le nom est Paix. » Selon des témoins, des graines de bonne volonté ont été semées lorsque des rabbins ont pris le parti des imams pour demander que le Centre Simon Wiesenthal mette fin à la construction à Jérusalem du Musée de la tolérance, après qu’on eut découvert les restes d’un ancien cimetière musulman en creusant les fondations. « Le fait que les rabbins nous aient compris sur cette question nous laisse espérer que nous pourrons arriver à des accords sur d’autres points » a dit Imad al-Fallouji, imam palestinien de la bande de Gaza. (Traduit du Prairie Messenger)

Un nombre croissant de centres d’études judéo-chrétiennes aux États-Unis, au Canada et en Europe construisent des relations positives entre les deux anciennes communautés de foi. Aujourd’hui, vingt-sept centres, situés pour la plupart sur des campus de collèges ou d’universités, travaillent à développer le respect et la connaissance réciproques, à élaborer des cours académiques, à offrir des programmes éducatifs pour le clergé et les laïcs, à monter des sites web, à faciliter des stages pour les étudiants destinés à devenir de futurs chefs de file dans le domaine interreligieux et à publier des revues importantes. Les centres oeuvrent en coopération les uns avec les autres au sein du Council of Centres on Jewish-Christian Relations. Le président actuel du Conseil est le pasteur Dr Peter Petitt du Muhlenberg College en Pennsylvanie. Des protestants et des chrétiens orthodoxes de l’Est ainsi que des catholiques ont aussi entrepris l’oeuvre vitale de renforcer des relations positives avec la communauté juive à travers le monde. (Traduit du Prairie Messenger)

Une filiale locale d’Habitat pour l’humanité en Louisiane a bâti cinquante maisons pour des familles déplacées à cause des ouragans Katrina et Rita. Bayou Area Habitat for Humanity, une parmi plus de 2 000 filiales d’Habitat pour l’humanité international, est une organisation œcuménique sans but lucratif. Les maisons sont construites par des ouvriers bénévoles grâce à des dons en argent et en matériaux et vendues sans profit. Les futurs propriétaires s’engagent à travailler 350 heures à la construction de leur propre maison et à aider à bâtir des maisons pour d’autres personnes. (Traduit du Prairie Messenger)

Le Pape Benoît XVI rencontrera l’archevêque Rowan Williams, chef spirituel de la communion anglicane à travers le monde, cet automne, pour marquer le 40e anniversaire de la rencontre de 1966 entre le Pape Paul VI et l’archevêque anglican Michael Ramsey de Cantorbéry. La rencontre coïncidera également avec la fondation du Centre anglican de Rome la même année. (Traduit du Prairie Messenger)

L’Église évangélique luthérienne de Bavière a, pour la première fois, engagé un couple marié à partager la charge pastorale de l’évêque régional. Elisabeth Hann von Weyhern, 43 ans, et Stefan Ark Nitsche, 50 ans, partagent depuis le 12 mars dernier les fonctions de l’évêque de Nuremberg, un des six diocèses de l’Église évangélique luthérienne de Bavière. (InfoCatho)

Plus de 200 résidents de Tucson, Arizona ont fait un pas vers la coopération entre juifs et musulmans, le dimanche 6 mars, en se rendant à pied du Centre islamique de Tucson à la synagogue Temple Emmanu-El où d’autres personnes se sont jointes aux marcheurs pour célébrer la troisième marche annuelle de juifs et de musulmans pour la paix. Des enfants ont pris part à des jeux non compétitifs pendant que les adultes échangeaient sur leurs traditions. « Cela aide toujours quand une personne rencontre une autre personne et voit en elle plus qu’un musulman ou un juif » a déclaré Shafir Lobb, rabbin de la Congrégation Ner Tamid et directeur du Centre international de la paix basé à Tucson. « Il nous faut briser les stéréotypes et amener les gens à se considérer les uns les autres comme de vraies personnes. » Fayez Swailem, 64 ans, professeur de radiologie et de médecine nucléaire à l’université de l’Arizona, se rappelle que musulmans, juifs et chrétiens s’entendaient bien au temps de sa jeunesse, en Égypte. « Il n’y avait jamais de conflit entre les religions, a-t-il dit, nous avons vécu ensemble pendant plus de mille ans » (Traduit de MORE)

Environ 12 000 paroisses catholiques et luthériennes d’Allemagne ont affiché leur horaire des célébrations pascales sur un site web commun cette année. Les fidèles pouvaient inscrire le nom et le code postal d’une ville ainsi que l’Église (catholique ou protestante) et ils obtenaient tous les renseignements nécessaires pour s’y rendre. Un site web semblable pour les chrétiens a reçu 65 000 visiteurs. (Living City)

Christian Churches Together (Rassemblement des Églises Chrétiennes), un nouveau rassemblement des grandes traditions chrétiennes aux États-Unis, comprenant également les catholiques romains et les églises évangéliques et pentecôtistes, vient d’être officiellement lancé, après cinq années de discussion et de préparation. Ce rassemblement se définit comme « la plus large communauté d’Églises et de traditions chrétiennes » aux États-Unis. (Bulletin ENI)

L’institut supérieur d’Études œcuméniques de Paris a tenu son colloque annuel du 31 janvier au 2 février sur le thème: « Lire la Bible aujourd’hui – quels enjeux pour les Églises? » Il y a eu des réflexions et des discussions sur la problématique de la lecture proprement dite et un échange sur les approches historiques et théologiques de la lecture de la Bible par les différentes confessions. Toute une matinée a été consacrée à repérer les enjeux de la lecture de la Bible pour la vie des chrétiens et pour la vie des Églises et leur marche vers l’unité. La discussion a révélé l’intérêt grandissant de lire la Bible grâce aux Semaines de la Bible organisées par l’Alliance Biblique. (œcuménisme — Informations)

En Alsace, dès le 14 juin, les 12000 habitants de Saverne disposent d’un « jardin interreligieux » : un espace de promenade et de repos invitant à la tolérance. L’idée d’un jardin où un espace sera consacré à chacune de ces religions est le fruit du groupe de dialogue interreligieux savernois « Cultures et religions ». Constitué de catholiques, de protestants, de juifs, de musulmans et de bouddhistes, il se réunit tous les mois depuis 2001 pour des temps de discussion. « Un jardin, il faut le travailler, ça ne se fait pas tout seul, » commente Martine Lorber, présidente de l’association. Dès le lancement du projet, l’association a gagné le soutien des collectivités locales. Le coût — 70 000 euros — est assumé pour la moitié par le conseil régional, à 15% par le conseil général, le reste étant pris en charge par les communautés. La municipalité a mis à la disposition des gens l’ancien jardin de la bibliothèque municipale, en plein centre-ville. Les éléments végétaux ont été choisis à partir des textes sacrés : on y trouve des palmiers, des oliviers ou de la vigne. L’association a souhaité que les symboles des régions restent discrets : ni croix, ni étoile de David. « Il faut que tout le monde se sente à l’aise », poursuit Martine Lorber. (La Croix)

Quelques-uns des plus importants groupes œcuméniques internationaux dans le monde se proposent de tenir des réunions conjointes dans un proche avenir. L’Alliance réformée mondiale (ARM) étudie la possibilité de tenir ses assemblées générales septennales conjointement avec la Fédération luthérienne mondiale (FLM) et, éventuellement, le Conseil œcuménique des Églises (COE). L’idée a été soulevée lors de l’Assemblée générale du COE au Brésil en février. (Traduit du Presbyterian Record)

Pour la première fois depuis le schisme de l’Église anglicane, au XVIe siècle, un théologien catholique est invité à enseigner à la prestigieuse université d’Oxford. Le dominicain Aidan Nichols occupera le tout nouveau poste de maître de conférences « Jean-Paul II » et donnera des cours jusqu’en 2008 sur la théologie catholique de la Contre-Réforme du XVIe siècle jusqu’aujourd’hui. (La Croix )

« Les trois religions abrahamiques — judaïsme, christianisme et islam — doivent se rencontrer », a déclaré Mustafa Ceric, grand mufti de Bosnie, lors d’une rencontre interreligieuse à Birmingham, Alabama, en avril. « Aidez-nous, je vous prie », a-t-il dit. « Nous apprenons à vivre en Occident. Nous avons besoin d’encouragement. Nous avons besoin de nous sentir acceptés. » Il a ajouté que 70 % des réfugiés dans le monde sont musulmans. Selon lui, ceux qui prêchent un islamisme extrémiste et prônent la violence contre les non-musulmans doivent pouvoir trouver en face d’eux des théologiens musulmans modérés. (Traduit du Prairie Messenger)

Posted: June 30, 2006 • Permanent link: ecu.net/?p=251
Categories: CCEIn this article: Centre Canadien d’œcuménisme
Transmis : 30 juin 2006 • Lien permanente : ecu.net/?p=251
Catégorie : CCEDans cet article : Centre Canadien d’œcuménisme


  Older postsAnciens articles | Newer postsArticles récents