Older postsAnciens articles | Newer postsArticles récents  

 — June 30, 200630 juin 2006
 

Provinces de l’Ouest

Une retraite de prière sur le thème « Nos dons réciproques : à la découverte de nos richesses cultuelles et spirituelles » a été organisée par le Prairie Centre for Ecumenism à la maison de retraite Queen’s House Retreat and Renewal Centre à Saskatoon, du 25 au 27 mai 2006. Cet exercice œcuménique offrait aux participants l’occasion de découvrir les richesses du culte et de la dévotion privée propres à chaque tradition. Chaque séance de culte était dirigée par un membre d’une tradition particulière, qui expliquait le sens de la célébration, et était suivie d’une période de questions. On a aussi présenté aux participants des manières de prier et des dévotions caractéristiques de plusieurs traditions, avec des explications et du temps pour expérimenter divers types de prière. Les présentateurs étaient le père André Lalach de l’Église ukrainienne gréco-catholique; Vern Ratzlaff et Anita Jantz de l’Église mennonite de Saskatchewan; les pasteurs Gary Waugh et Robin Schmidt de l’Église Foursquare Gospel; la pasteure Dr Jan Bigland-Pritchard, coordonnatrice des retraites au Prairie Centre for Ecumenism. (Traduit de Prairie Centre for Ecumenism).

Des membres du dialogue catholique-mennonite ont tenu une rencontre à la paroisse Christ the King à Winnipeg le 23 février pour évaluer les fruits de leurs échanges et revoir les sujets traités depuis leur première rencontre en juin 2000. La plus récente ronde de discussion, commencée en 2004, était axée sur le document international catholique-mennonite Appelés ensemble à faire oeuvre de paix. Les mennonites font partie des « Églises de paix historiques » pour qui l’engagement envers la paix est une part essentielle de leur identité. Pour l’Église catholique, la promotion de la paix « appartient à la nature profonde de l’Église ». Les participants au dialogue international considèrent que cette affirmation démontre que les deux traditions de foi peuvent témoigner ensemble de l’Évangile. Les membres du dialogue de Winnipeg ont fait rapport de leurs activités courantes et exprimé leur appréciation de la base spirituelle qui soutient ce dialogue ainsi que de la réciprocité et de l’ambiance agréable qui en font le succès. Le pasteur Helmut Harder a suggéré qu’il est « peut-être temps d’élargir le cercle, de former des groupes noyaux qui se rencontreront en dehors du présent dialogue et prendront leurs propres décisions. » Il a été convenu que des groupes de douze seraient formés dans trois ou quatre endroits de la ville et que les membres du dialogue de Winnipeg participeraient à leur développement. (Traduit de Prairie Messenger)

Ontario

Des croyants bouddhistes, autochtones, daoistes, protestants et catholiques qui utilisent le centre de retraite Loyola de Guelph contestent un règlement municipal autorisant la construction d’un centre commercial à côté du Centre et entre les cimetières protestant et catholique. Les lumières, le bruit et l’atmos-phère commerciale d’un Wal-Mart gêneront considérablement l’expérience spirituelle des personnes appartenant à un large éventail de religions qui visitent la propriété de 240 hectares des jésuites. Pour le père Jim Profit, supérieur de la communauté jésuite de Guelph, le fait qu’une coalition de différentes religions vienne à la défense d’un centre de retraites catholiques et déclare son importance pour leur spiritualité est exactement ce qu’on peut attendre d’un centre ignatien qui a réussi. « C’est la raison pour laquelle nous avons toujours ouvert cette propriété à tous ceux qui veulent l’utiliser, spécialement les personnes d’autres religions qui comprennent explicitement que cette relation est en quelque sorte une relation avec le divin » a-t-il dit. Le tribunal devrait rendre son jugement à la fin du printemps. (Traduit de The Catholic Register)

Une série éducative interreligieuse organisée par Scarboro Missions de Toronto a présenté, le 25 avril, la tradition spirituelle Brahma Kumaris; le 2 mai, elle abordait le thème « jeunesse, diversité et dialogue interreligieux ». Les autres thèmes étaient: le 9 mai, « Une vision pour un Toronto plurireligieux »; le 16 mai, « L’affiche de la ‘Règle verte’ — religions et écologie »; et le 23 mai, « Le mariage interreligieux ». Voir le site web [http://www.scarboro missions.ca/] en anglais seulement. (Traduit de The Catholic Register)

Des chrétiens de diverses Églises se sont réunis le 5 février pour l’inauguration du tout nouveau Evangel Hall construit au coût de 13 millions CAD dans le centre-ville de Toronto. L’immeuble de six étages, qui remplace l’ancien, construit en 1913, comprend 84 unités de logement à prix modique, une clinique médicale, une cuisine, un centre de conseillance, un magasin d’articles d’occasion et une chapelle. De 50 à 200 personnes environ y viennent chaque jour pour un repas, mais un plus grand nombre vient chercher un lieu de fraternité, de l’aide aux toxicodépendants, des repas communautaires et des sorties et activités spéciales. (Traduit de The Presbyterian Record)

L’Ontario a récemment banni toute forme d’arbitrage religieux en matière de droit familial, y compris la charia. Depuis l’adoption de la loi 27 le 14 février, il est illégal pour les groupes religieux d’avoir leurs propres tribunaux de la famille. Ces pratiques avaient été autorisées en Ontario depuis 1991 et très largement utilisées dans les milieux juifs. (Traduit de The Presbyterian Record)

Québec

Les représentants du Congrès juif Canadien, Région du Québec, ainsi que des membres de la communauté juive de la ville de Québec ont rencontré, dans les derniers jours de février, le cardinal Marc Ouellet à sa résidence de Québec. Le président du Congrès juif canadien, région de Québec, Jeffrey Boro, dirigeait la délégation en compagnie du président de l’exécutif national, le Dr Victor Goldbloom, du rabbin Leigh Lerner du Temple Emmanu-El Beth Shalom et du consul général d’Israël à Montréal, M. Marc Attali. « C’est au cardinal Ouellet que revient le mérite d’avoir initié cette rencontre remarquable entre les représentants de nos différentes confessions et nous lui exprimons notre reconnaissance ainsi qu’à l’archidiocèse de la ville de Québec, pour l’accueil chaleureux que nous avons reçu », a déclaré M. Boro. « Nous souhaitons, quant à nous, la poursuite de ce dialogue fructueux dans le futur », ajouta-t-il. L’invitation du cardinal Ouellet à la communauté juive fait suite aux célébrations qui ont eu lieu à travers le monde lors du 40e anniversaire du document Nostra Aetate, qui est devenu le point tournant dans les relations modernes entre catholiques et juifs. (Proximo)

Le Mardi gras a été célébré de manière œcuménique à Huntingdon, le 25 février. Des paroissiens des Églises presbytérienne, catholique, anglicane et unie se sont réunis pour s’amuser ensemble avant le carême. Depuis l’inauguration de cette activité, il y a trois ans, elle reçoit le soutien actif de la communauté. (Traduit du Montreal Anglican)

Together 2000, une troupe de théâtre œcuménique de la Rive sud, a présenté sa revue musicale annuelle les 21 et 22 avril. Intitulée Candle in the Rain, cette prestation a eu lieu à l’église presbytérienne St. Andrew à Saint-Lambert. Les profits sont allés à Action Réfugiés Montréal, oeuvre soutenue par les Églises anglicane et presbytérienne de Montréal (Traduit du Catholic Times)

Provinces atlantiques

Le Symposium de Proclamation 2006 tenu à l’Université Acadia à Wolfville (N.-É.) du 16 au 18 mai, réunissait exégètes, théologiens, clergé et laïcs dans des discussions sur la pertinence de la Bible pour la vie de l’Église contemporaine. Cette conférence, parrainée par la Société biblique canadienne (SBC), est un des événements importants des célébrations de son centenaire en 2006. Ce symposium a été conçu pour inspirer, informer et encourager « les chrétiens et chrétiennes engagés qui ont le désir d’apprendre », a dit le pasteur Wayne McCarther, directeur régional de la SBC en Nouvelle-Écosse. La conférence offrait des plénières animées par des professeurs de renom ainsi que des ateliers de mise en application de sujets tels que l’application de la Bible à la croissance et à la mission de l’Église, le rôle de l’artiste, l’enseignement des enfants, des jeunes et des adultes, le recrutement et la formation des leaders. (Aujourd’hui Credo)

Nancy Nason-Clark, professeur de sociologie à l’université du Nouveau-Brunswick et experte en violence familiale, dirigera un projet canado-américain destiné à fournir aux pasteurs, rabbins et autres responsables religieux des ressources pour répondre à la violence familiale d’une manière compatible avec leurs traditions religieuses et avec les recherches en sciences sociales sur la question. Intitulé « Religion and Violence E-learning » ou RAVE, le programme élaborera un modèle de formation en ligne pour les pasteurs et les communautés de toutes religions afin d’aider à combattre la violence. « À la fin, il y aura tout un ensemble de ressources adaptées au degré d’intérêt et de connaissances des dirigeants religieux  », a dit Mme Nason-Clark. Les pasteurs n’entendent souvent pas les appels à l’aide, soit qu’ils ne veulent pas faire de vagues au sein de leur congrégation, soit qu’ils n’en savent pas assez sur la violence familiale pour lire les signes de danger chez une femme victime de violence. Le projet RAVE devrait mettre au moins quatre ans à se développer. Des sites tests seront créés à Calgary ainsi que dans plusieurs États américains. (Traduit du Catholic Register)

« Moving Forward Together » (Avancer ensemble) est un groupe interreligieux de Fredericton qui désire combler le fossé entre autochtones et non-autochtones à travers le dialogue et la compréhension. Lors d’une récente rencontre, plus de vingt autochtones et non-autochtones ont partagé un temps de prière et de discussion. Cette rencontre, qui était la deuxième activité annuelle de carême du groupe, avait pour thème « Bâtir l’avenir avec les Premières Nations ». Les pensionnats autochtones ont causé de nombreuses souffrances dont les cicatrices sont encore visibles aujourd’hui. « Il s’agit d’assumer nos responsabilités et d’accepter de rencontrer les peuples autochtones et de partager leur douleur », a dit Pam Breau, de la paroisse Sts John and Paul de New Maryland. « Nous devons faire plus que nous excuser. Nous devons nous renseigner sur l’histoire et sur ce qui doit être fait pour redonner aux autochtones leur juste place dans la société canadienne » a-t-elle déclaré. « Nous ne voulons par répéter les mêmes erreurs » a dit, pour sa part, Charlotte Campbell de l’Église unie Marysville, qui se sent appelée à cette oeuvre. « Cela a aiguisé mon sentiment de connexion avec des gens qui sont différents. Cela m’interpelle à rencontrer des gens que je n’ai pas l’habitude de rencontrer dans ma vie de tous les jours » a-t-elle ajouté. (Traduit de The Catholic Register)

Posted: June 30, 2006 • Permanent link: ecu.net/?p=249
Categories: CCEIn this article: Centre Canadien d’œcuménisme
Transmis : 30 juin 2006 • Lien permanente : ecu.net/?p=249
Catégorie : CCEDans cet article : Centre Canadien d’œcuménisme


  Older postsAnciens articles | Newer postsArticles récents