Older postsAnciens articles | Newer postsArticles récents  

 — June 30, 200530 juin 2005
 

D’après un sondage HCD Research auprès de 1 100 médecins
chrétiens, musulmans, juifs, hindous et bouddhistes aux États-Unis, 75% ont dit que la
religion fournit un guide nécessaire et fiable dans la vie; 59% prient pour des patients,
58% fréquentent un lieu de culte au moins une fois par mois et 46% font une place à la
prière dans leur vie. ( Traduit de The Lutheran )

La première rencontre de la Commission internationale conjointe pour le
dialogue théologique entre l’Église catholique et les Églises orthodoxes orientales
s’est tenue en janvier 2004. La délégation des Églises orientales compte quatorze
membres, dix pour chacune des Églises représentées, et l’Église catholique en compte
autant. Une rencontre ultérieure de la Commission internationale conjointe, tenue à Rome
du 26 au 29 janvier 2005, avait pour thème « Les Églises comme communion »
à partir de points de vue bibliques, théologiques et canoniques. ( Traduit de L’Osservatore Romano )

Milan sera l’hôte de la prochaine rencontre de prière de la jeunesse européenne,
du 28 décembre 2005 au 1er janvier 2006. Organisée par la communauté
œcuménique de Taizé, la rencontre se situe dans le cadre du pèlerinage de confiance
sur la terre. Les dernières villes hôtes de ces rencontres de prière de fin d’année
ont été Lisbonne, Hambourg, Paris et Budapest. ( Traduit de Zenit )

Le Tanzanian Cultural Trust Fund a rendu hommage à sœur Jean Pruitt, de la
communauté Maryknoll, en février 2005, pour son travail auprès de Nyumba ya Sanaa ( maison des arts ). Cet organisme a fait circuler des oeuvres d’artistes tanzaniens dans plus de trente expositions internationales et aidé des centaines de
personnes à développer les talents nécessaires pour gagner leur vie comme artisans.
( Traduit de National Catholic Reporter )

Le secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises, le révérend
Sam Kobia, a rencontré le pape Benoît XVI à Rome, le 16 juin. La rencontre a été
annoncée peu après qu’un haut dignitaire du Vatican ait demandé que le dialogue
théologique soit davantage au centre des travaux de la communauté d’Églises, basée à
Genève. L’Église catholique ne fait pas partie du COE, mais elle a des représentants
auprès de certaines de ses commissions, y compris la Commission foi et constitution qui
cherche à amener les Églises dans un dialogue théologique afin de promouvoir l’unité
chrétienne. Après l’élection du pape Benoît XVI, en avril, le pasteur Kobia a exprimé
le souhait que le nouveau pape « suscite de nouvelles voies de coopération entre
l’Église catholique et le Conseil œcuménique des Églises. » Au début des
années 1970, Benoît XVI, alors professeur de théologie sous le nom de Joseph Ratzinger,
était membre de la Commission foi et constitution. Plus tard, il a été le premier
catholique à co-présider en Allemagne une commission catholique-protestante qui a
contribué à ouvrir la voie à un accord global catholique-luthérien sur la doctrine de
la justification, facteur clé de division à l’époque de la Réforme. Pourtant, en l’an
2000, en tant que gardien de la doctrine du Vatican, le cardinal Ratzinger a soulevé les
critiques à cause d’une déclaration selon laquelle les Églises protestantes n’étaient
pas « des Églises au sens propre ». Toutefois, après son élection, le pape
Benoît XVI a dit vouloir promouvoir l’unité chrétienne. ( Traduit de Bulletin
ENI
 )

Les branches catholiques et protestantes du département des aumôniers de
l’armée royale britannique ont été fusionnées en une seule équipe œcuménique.
Depuis 1920, le département comprenait une branche catholique romaine et une branche
unifiée formée des Églises anglicane, écossaise, méthodiste, baptiste et réformée
unie. Avec le réaménagement, un seul directeur, portant le titre d’aumônier général,
est à la tête de toutes les dénominations. ( Traduit de The Tablet )

Dans une déclaration commune, les autorités israéliennes et palestiniennes
ont annoncé qu’elles collaboreraient dans la promotion des pèlerinages et du tourisme en
Terre Sainte. Selon la déclaration : « le tourisme n’est pas seulement une
force économique majeure, il est aussi un moyen d’apporter la paix et de construire des
ponts de confiance entre les peuples du Moyen Orient. » ( Traduit de Zenit )

La Belgique a l’intention d’interdire aux fonctionnaires qui font directement
affaire avec le public de porter des signes religieux ostentatoires. Plut tôt, en 2004,
le ministre belge de l’Intérieur, Patrick Dewael, a proposé une loi semblable à la
législation française qui interdit le port du voile islamique dans les écoles.
( Traduit de Reuters )

Les experts à une conférence internationale, tenue près de Stockholm en
novembre 2004, ont déclaré que des gens, à travers le monde, déforment les
enseignements de l’islam et du christianisme pour justifier la violence envers leurs
épouses et leurs filles, ce qui conduit à des milliers de « meurtres
d’honneur » chaque année pour lesquels les tribunaux accordent pratiquement
l’impunité. Les estimations des Nations Unies révèlent que plus de 5 000 femmes
sont tuées chaque année pour des questions « d’honneur », mais que le nombre
réel pourrait être beaucoup plus élevé. La violence patriarcale contre les femmes ne
tient pas à la religion, mais, dans plusieurs cas, est enracinée dans des croyances
culturelles tribales. Bien que la plupart des cas rapportés proviennent de pays
musulmans, la violence « d’honneur » se retrouve aussi dans des familles
chrétiennes, ont dit les délégués. ( Traduit de Reuters )

Le 40e anniversaire du décret de Vatican II sur l’œcuménisme, Unitatis Redintegratio ( La restauration de l’unité ), a été souligné par une conférence en novembre 2004. Le cardinal Kasper, président du Conseil pontifical pour la
promotion de l’unité chrétienne, a reconnu que « l’époque de l’enthousiasme
œcuménique, caractéristique de l’immédiat après Concile est désormais
révolue. » « Il vaut mieux parler de stade de maturation et d’une nécessaire
clarification », a-t-il ajouté. À la fin de la conférence, qui réunissait des
évêques catholiques des quatre coins du monde et des représentants de vingt-sept autres
dénominations, le pape Jean-Paul II a mis en garde les chrétiens contre la tentation de
se reposer sur les experts en œcuménisme pour réaliser l’unité, disant que
l’œcuménisme est l’affaire « de tout chrétien, de tout diocèse et de toute
paroisse, de toute communauté et de toute Église. » ( Traduit de The
Tablet
 )

Plus de cinquante évêques de diverses Églises — anglicane,
arménienne, catholique, orthodoxe, luthérienne — venant de dix-huit pays, ont
participé au 23e congrès œcuménique des évêques à Istanbul en décembre
2004. Les évêques, tous amis du mouvement des Focolare, se sont engagés à mettre en
application le commandement d’amour réciproque « afin que le Christ vive toujours
parmi nous et que le monde puisse aussi croire grâce à notre contribution » a dit
l’archevêque de Prague, le cardinal Miloslav Vlk. Le patriarche œcuménique Bartholomée
1er a ouvert le congrès, d’une durée de huit jours. Des rencontres de
dialogue ont suivi avec le cardinal Walter Kasper, président du Conseil pontifical pour
la promotion de l’unité chrétienne, avec le patriarche apostolique arménien de
Constantinople, Mesrob II, et avec le vicaire patriarcal de l’Église syrienne orthodoxe
de Turquie, Filüksinos Yusuf Çetin. ( Traduit de Zenit)

Un complexe religieux œcuménique verra le jour au Qatar. C’est un immense
terrain concédé par les autorités de Doha qui abritera, d’ici à 2006, un centre
chrétien œcuménique comportant cinq églises chrétiennes dont les premières pierres
viennent d’être posées symboliquement. Depuis le VIIe siècle, aucune église
chrétienne n’avait été érigée au Qatar, où l’islam est la religion officielle. Ce
geste a une « signification profonde » pour le dialogue interreligieux et
interculturel, a affirmé le P. Justo Lacunza, directeur de l’institut pontifical des
études arabes et islamiques. ( la Croix )

Le pasteur Lukas Vischer ex-responsable de la Commission Foi et Constitution
du Conseil œcuménique des Églises, explique : « Les Églises protestantes
admettent de plus en plus que le rejet radical de la vénération des saints leur a
nui », et voient la valeur « de prendre conscience de la communion avec les
témoins du passé. » La communauté monastique de Bose ( Italie ) a fait
paraître en 2002 une liste de saints et de martyrs, en réponse à une suggestion faite
par la Commission de Foi et Constitution, estimant que ce genre de document pourrait
renforcer la solidarité de tous les chrétiens dans la prière et dans l’action. Un
nouveau calendrier des saints et martyrs va reprendre à son compte la perspective
œcuménique et la restituer aux Églises, en réunissant l’éventail le plus vaste jamais
réalisé de saints et de martyrs appartenant à toutes les traditions chrétiennes. Un
groupe mixte de travail a été formé pour y oeuvrer. ( Choisir )

Un Centre d’études, de rencontres et de dialogues interreligieux voit le jour
à Angers en France, à l’initiative de représentants catholiques, protestants, juifs et
musulmans. Pour le P. Renier, « le Centre d’études et de rencontres aura à réagir
à certains événements de l’actualité. Il est important, dans ces moments-là,
d’exprimer notre démarche et de dire qu’il existe des lieux où des gens recherchent le
dialogue plutôt que la confrontation. » La nouvelle association envisage de créer
un fonds de bibliothèque et de documentation. La femme dans les différentes religions;
le rôle et le statut du prêtre, du pasteur, de l’imam et du rabbin; la place accordée
aux nouvelles générations : autant de sujets déjà retenus pour l’année en cours.
la Croix )

Les membres de l’organisation des rencontres islamo-chrétiennes à Nevers en
France se réunissent deux fois par trimestre, tantôt à la mosquée du Pardon, tantôt
à la Maison du diocèse, tantôt au temple de l’Église réformée. Il en va ainsi depuis
cinq ans. À l’origine de ces rendez-vous : le P. Jean Baffier, curé à Nevers et
délégué diocésain de la pastorale des migrants, et Zuhair Mahmud, responsable des
relations interreligieuses à l’Union des organisations islamiques de France
( UOIF ) et directeur de l’Institut européen de sciences humaines de
Saint-Léger-de-Fougeret, qui forme des imams pour toute l’Europe. Le groupe s’est fixé
un objectif : prendre le temps de se connaître, se comprendre, découvrir la
tradition spirituelle de l’autre dans le respect de la foi de chacun et dans toute la
profondeur de sa propre foi. « Nous ne cherchons pas à convaincre l’autre »,
explique Claude Loussier, éducateur à la retraite, « mais à nous connaître
au-delà des caricatures, des préjugés et des raccourcis dangereux, dans un climat
d’amitié et d’acceptation profonde des différences, avec le désir, là où on est,
d’agir pour la paix. » ( la Croix )

Les communautés juives, chrétiennes et musulmanes de Davis et Woodland, en
Californie, se sont réunies le 9 janvier pour une deuxième « Célébration
d’Abraham ». Cet événement annuel a été inauguré en septembre 2003, pour aider
à construire des ponts entre les groupes religieux et accroître la compréhension et la
prise de conscience des trois traditions monothéistes. ( Traduit de CAIR-SV )

Un service spécial de prière a été célébré le 2 janvier à l’Église
méthodiste Wesley United de Springfield, Massachusetts, en appui au Centre islamique
Al-Baqi dont la mosquée a été détruite par le feu le 8 décembre. Quelque cinquante
personnes de toutes confessions sont venues manifester leur soutien aux musulmans. Sept
jeunes ont été accusés d’incendie criminel. « Nous voulions seulement faire
quelque chose pour vous laisser savoir combien vous êtes importants à nos yeux »,
leur a dit la révérende Karen Rucks, directrice exécutive du Conseil des Églises de
Springfield. Le Conseil a lancé une campagne de collecte de fonds en faveur de la
mosquée. La rév. Cordella J. Brown, qui avait ouvert son Église pour le service
spécial, a déclaré : « Ils sont une communauté de foi. Être musulman,
c’est adorer le même Dieu que les chrétiens et les juifs. » ( Traduit du Republican )

Débutant en janvier, le rév. Robert Flaherty, de l’Église méthodiste First
United de Roseburg, Oregon, a donné une série de cinq cours sur le christianisme et
l’islam. Bien que l’islam et le christianisme aient coexisté en tant que deux des plus
anciennes religions connues, elles sont souvent caractérisées en fonction de leurs
différences. « Tant que, des deux côtés, nous n’aurons pas la volonté de mettre
fin à ces caractérisations négatives… nous ne ferons que perpétuer
l’animosité », a déclaré le pasteur Flaherty. ( Traduit de News Review )

Le grand rassemblement de chrétiens européens de toutes confessions, après
ceux de Bâle en 1989 et de Graz en 1997, aura lieu en septembre 2007 à Sibiu, dans la
province roumaine de Transylvanie. Ces rassemblements sont organisés conjointement par la
CEEConférence des Églises européennes, réunissant les Églises protestantes et
orthodoxes ) et le CCEE ( Conseil des Conférences épiscopales d’Europe,
catholique ). Le thème sera « le témoignage chrétien en Europe ».
Nouvelles œcuméniques internationales )

Quelque 40 000 jeunes de toute l’Europe se sont réunis à Lisbonne,
Portugal, du 28 décembre au 1er janvier pour le 27e
« Pèlerinage de confiance sur la terre ». Depuis 1978, la communauté de
Taizé organise cet événement annuel qui vise à réunir des jeunes pour prier et
approfondir leur foi. ( Traduit de Zenit )

Le Multifaith Ministry Ecumenical Consortium ( MMEC ), initiative de
collaboration entre plusieurs séminaires du nord-est des États-Unis, a organisé en mai
2005, à la suite d’un colloque en mai 2004 avec Paul Knitter and Rita Gross, une
expérience d’immersion de dix jours afin de faire connaître aux participants les
principales communautés de foi de la ville de New York et leurs pratiques religieuses.
Pour information, envoyer un courriel à : Dean Hancock à [].
( Traduit de Auburn Views )

La rencontre annuelle du Comité conjoint de la Conférence des Églises
européennes ( CEE ) et du Conseil des Conférences épiscopales d’Europe
( CCEE ) a eu lieu à Chartres du 3 au 6 février. Au programme des douze
membres de ce comité européen : la situation œcuménique, le 3e
rassemblement œcuménique européen prévu en 2007, les mariages mixtes, les relations
avec les musulmans… Un service œcuménique était célébré à la cathédrale le
vendredi 4 février. ( la Croix )

Selon une enquête par l’hebdomadaire Réforme, les protestants
représentent 2,2 % de la population française, soit 1,3 million de personnes. Parmi
eux, 900 000 sont membres de groupes affiliés à la Fédération protestante de
France. L’enquête montre aussi qu’un tiers des protestants appartiennent à la mouvance
évangélique. ( la Croix )

Dans le lancement de la « Décennie de l’intégration des Roms » à
Sofia le 1er février 2005, la République tchèque, la Hongrie, la Slovaquie,
la Bulgarie, la Roumanie, la Croatie, la Macédoine et la Serbie-Monténégro conjuguent
leurs efforts pour combattre l’illettrisme, le chômage et l’isolement dont souffre cette
minorité, la plus importante mais aussi la plus pauvre du continent. ( la Croix )

C’est Charles Townes, un physicien américain, qui a remporté le Prix Templeton 2005
pour le progrès vers la recherche ou les découvertes sur les réalités spirituelles. Ce
gagnant du Prix Nobel, maintenant âgé de 89 ans, dont les recherches ont conduit au
développement du laser et du maser et qui est connu pour ses idées novatrices sur la
convergence entre la science et la religion, indique qu’il va donner une grande partie du
1,5 million de dollars US du prix à Furman University et des sommes substantives à la
Pacific School of Religion, au Center for Theology and the Natural Sciences, à la
Berkeley Ecumenical Chaplaincy to the Homeless, et à la First Congregational Church of
Berkeley. Bien connu pour sa promotion du dialogue entre les scientifiques et les
théologiens, il a expliqué récemment comment « la science est enveloppée de mystère
— que seulement 5% de la matière de l’univers est connue, et que les scientifiques
sont de plus en plus conscients des mystères et des contradictions dans leur travail. »
Le Prix était remis à Charles Townes par le duc d’Edimbourg le 4 mai à Buckingham
Palace à Londres. ( Bulletin ENI et PhysOrg.com )

Les méthodistes allemands ont élu la première évêque femme le 2 mars
2005. Rosemarie Wenner, 49 ans, pasteur de l’Église méthodiste unie d’Allemagne, est
devenue la première femme à être élue évêque de cette Église en Allemagne et hors
des Etats-Unis. Entre-temps, l’Église vieille-catholique d’Allemagne a ordonné Alexandra
Caspari comme sa première femme prêtre le 26 février lors d’une cérémonie à
Karlsruhe. L’Église vieille-catholique a été fondée après que le premier Concile du
Vatican eut déclaré l’infaillibilité du pape en 1870. ( Bulletin ENI )

La Fondation Niwano a annoncé que le Prix de la paix Niwano est décerné
cette année au théologien catholique romain Hans Küng, né en Suisse et âgé de 76
ans, qui dirige la Fondation pour une éthique planétaire en suisse et en Allemagne. Le
Prix Niwano de la paix — qui comprend 20 millions de yen ( 192 000 dollars
US ), une médaille et un certificat — sont attribués chaque année par la
Fondation Niwano aux personnes et organisations qui jouent un rôle important dans la
promotion de la paix et de la coopération interreligieuse. Le prix était remis lors
d’une cérémonie qui se déroula à Tokyo le 11 mai. Nichiki Niwano, le président du
Rissho Kosei-kai, l’association laïque bouddhiste qui a établi la Fondation a déclaré
que « Hans Küng a apporté une contribution remarquable à l’édification d’un
climat propice au dialogue et à la coopération parmi les religions du monde … qui
est nécessaire … pour l’instauration de la paix mondiale. » Dans un
communiqué, l’évêque luthérien Gunnar Staalsett d’Oslo, membre du Comité du Prix
Nobel de la paix et président du Comité international du Prix Niwano, affirme que
« les contributions savantes et l’esprit de stratégie de Hans Küng ont encouragé
des responsables religieux et des citoyens à construire un pont au service de
l’humanité. » ( Bulletin ENI )

Un nouveau rassemblement des Églises chrétiennes aux Etats-Unis est lancé au mois de
juin 2005
dans un centre de retraite jésuite à Los Altos, en Californie. C’est
la première fois que la Conférence épiscopale des États-Unis rejoint un tel
groupement. Les évêques catholiques ont officiellement déclaré leur adhésion à
l’initiative à la fin de l’année 2004. L’alliance a été formée pour « élargir
et agrandir la table » de l’action, de la coopération et du dialogue œcuménique
aux États-Unis, et ne devrait pas, du moins pour le moment, supplanter le Conseil
national des Églises des Etats-Unis. ( Bulletin ENI )

La Décennie « vaincre la violence » consacrera les trois dernières
années à l’Europe, aux îles du Pacifique et aux Caraïbes.
La campagne a été
lancée en 2001 pour soutenir et coordonner les efforts des Églises membres du COE en vue
de promouvoir la paix, la justice et la réconciliation. « Avec un accent spécial
consacré à une région, les questions de la violence sont devenues visibles parmi les
Églises des régions », avait affirmé le secrétaire général du COE, le pasteur
Samuel Kobia. ( Bulletin ENI )

Le Comité central du COE adopte une procédure de prise de décision par consensus.
Cette démarche fait suite aux recommandations d’une commission spéciale mise sur pied
par le COE — en vue de répondre aux préoccupations exprimées par les Églises
membres orthodoxes. La prise de décision par consensus implique une série de mesures
pour parvenir à un accord, sans recourir à un vote formel. Le catholicos Aram 1er, de
l’Église apostolique arménienne, et président du Comité central, s’est dit réellement
convaincu « que ce modèle de consensus permettra aux orthodoxes de réactiver leur
participation au sein du COE ». ( Bulletin ENI )

Nouvelles nationales

L’archidiocèse du Canada de l’Église orthodoxe en Amérique a
inauguré, à l’automne 2003, un Institut de formation théologique, le St. Arseny
Institute, afin de répondre au besoin de prêtres, à la proclamation de la foi, à
l’accroissement de la compréhension de la foi au niveau paroissial et au besoin de
réunir les gens pour le développement spirituel et la célébration. Bien qu’encore
très modeste, l’Institut a grandi de façon remarquable depuis sa fondation, aussi bien
par les cours offerts que par le nombre d’étudiants. Les demandes d’information
concernant le St. Arseny Orthodox Christian Theological Institute peuvent être envoyées
au directeur, Spencer Estabrooks, par courrier : 150 Canora Street, Winnipeg, MB,
Canada, R3G 1T2; par téléphone : 1-204-783-5350, ou par courriel :
[]. ( Traduit du Canadian Orthodox Messenger )

Reginald Bibby, sociologue des religions bien connu, a noté entre 2000 et
2003 une augmentation de huit points, de trente à trente-huit pour cent, de Canadiens qui
fréquentent l’Église au moins une fois par mois. La fréquentation hebdomadaire est
passée de vingt et un à vingt-six pour cent au cours de la même période. Les
conclusions de M. Bibby sont confirmées par des sondages dirigés par Allan Gregg, Gallup
et autres et appuyées par les données de Statistiques Canada. Le taux de catholiques
québécois qui fréquentent l’Église une fois ou plus par mois s’élève maintenant à
trente-quatre pour cent, en comparaison de vingt-neuf pour cent au début de la décennie.
Ailleurs au Canada, la fréquentation des catholiques est passée de quarante-deux à
cinquante-sept pour cent. Du côté protestant, la fréquentation une fois par mois ou
plus est maintenant de quarante-six pour cent, soit le pourcentage le plus élevé depuis
que M. Bibby a commencé à faire ses sondages en 1975. ( Traduit de The Catholic
Register
 )

Un groupe composé d’évêques anglicans, catholiques romains et catholiques de rite
oriental
du Canada célèbre ses trente ans de rencontres annuelles.
Dernièrement, des évêques venus de la Saskatchewan, du Manitoba, de l’Ontario, du
Québec et de l’Île-du-Prince-Edouard se sont rassemblés à Ottawa sous la présidence
du primat de l’Église anglicane au Canada, Mgr Andrew Hutchison, et de Mgr
François Lapierre, P.M.É., évêque de Saint-Hyacinthe. Les évêques ont échangé sur
le rapport Windsor, récemment rendu public par la Commission Lambeth de la Communion
anglicane. Des questions de communion, d’autorité, de prise de décision et
d’homosexualité ont été abordées dans un climat de respect et d’honnêteté. Mgr John
Baycroft, évêque anglican émérite d’Ottawa, a présenté un rapport sur le travail de
la Commission internationale anglicane-catholique romaine ( ARCIC ). Les
évêques attendent avec impatience la publication d’une déclaration conjointe sur Marie,
ainsi qu’une déclaration commune des ententes conclues par les deux communions. Le
Dialogue a donné son approbation à la publication d’une brochure à l’intention des
couples, anglicans et catholiques romains, se préparant au mariage. Il est prévu que
cette brochure soit distribuée aux diocèses et aux paroisses des deux Églises au début
de l’année 2005. ( CECC/CCCB )

Le Conseil Canadien des Églises a annoncé que l’Église Mennonite du Canada est
devenue son vingtième membre le 27 mai 2005.
L’Église Mennonite du Canada
apporte au Conseil sa longue histoire d’église de paix, sa profondeur théologique, son
engagement aux écritures, sa passion pour la justice sociale et beaucoup d’autres dons.
Elle sera très active dans la vie du Conseil surtout dans le témoignage commun à Jésus
Christ dans notre temps, dans le réseau œcuménique pour les soins de santé, dans les
lettres au gouvernement du Canada contre la participation canadienne dans la défense des
missilles balistiques, la théologie de l’espérance et souffrance, la Semaine de prière
pour l’uniteé chrétienne, l’anthropologie théologique, la théologie du dialogue
interreligieux et, bien sur, l’œcuménisme. ( Traduit du Press Release CCC )

Présence Musulmane Canada a organisé son colloque annuel le 14 mai sous le titre
« Tensions sociales, identités plurielles et valeurs communes. »
Il
y avait trois thèmes qui ont constitué les axes sur lesquels le colloque s’est
articulé. Premièrement, c’était le constat de la présence toujours plus sensible d’un
climat de tension sociale créé autour des musulmans ( surtout au Québec ) et
l’analyse des voies offertes ( surdité et aggravation de la tension ou écoute et
résolution/pacification ). Deuxièmement, on posait la question « comment
faut-il concevoir les nouvelles caractéristiques de l’identité canadienne pour ceux et
celles qui ont choisi de s’affilier à une religion jusqu’ici perçue comme
étrangère? » Dans un troisième temps, après que les critères de
l’accueil/intégration des musulman(e)s à l’identité commune et des Canadiens à
l’identité musulmane aient été définis, les questions se posent « sur quel
terrain de valeurs communes la nouvelle flexibilité de l’identité canadienne peut
s’établir et se construire? Quels sont, parmi les défis sociaux actuels, les fronts
d’engagement communs possibles? » Les sujets abordés étaient : le traitement
médiatique de l’islam, la femme dans la laïcité, féminisme musulman, nécessité d’un
dialogue judéo-musulman, droits parallèles, droit pluriel ou droit unique? ( Présence Musulmane Canada )

Posted: June 30, 2005 • Permanent link: ecu.net/?p=145
Categories: CCEIn this article: Centre Canadien d’œcuménisme
Transmis : 30 juin 2005 • Lien permanente : ecu.net/?p=145
Catégorie : CCEDans cet article : Centre Canadien d’œcuménisme


  Older postsAnciens articles | Newer postsArticles récents