Older postsAnciens articles | Newer postsArticles récents  

 — September 30, 200330 septembre 2003
 

Provinces de l’Ouest

Des croyants se sont réunis à l’église unie St. Stephen à Qualicum Beach, Vancouver, du 9 au 11 mai, pour une troisième rencontre annuelle sur le thème de la compréhension et de l’espoir. Ils ont prié, étudié, partagé, mangé et joué ensemble, afin de croître dans leur « pèlerinage œcuménique vers des relations justes ». Les quatre comportements identifiés par la Commission royale sur les peuples autochtones comme essentiels en vue de corriger les relations entre autochtones et non-autochtones sont : la reconnaissance mutuelle, le respect mutuel, la responsabilité mutuelle et le partage mutuel. Durant les deux premières années, les participants ont pris connaissance des complexités des écoles résidentielles et entendu les histoires individuelles. Des cercles de dialogue ont permis à chaque participant de se faire entendre et d’entendre les autres. Et à travers tout cela, des moments de prière, des réflexions spirituelles et théologiques, de la musique, de la danse et des mets préparés avec amour. La rencontre de mai a eu le bonheur d’accueillir des personnes ressources de la nation Hupacasath, le projet de guérison Nuu-chah-nulth, un défenseur des droits autochtones de KAIROS, un négociateur de traité Huu-ay-aht et chef héréditaire des pêcheurs de baleines, des dirigeants de la dernière rencontre d’informations sur Esgenoopetij/Burnt Church et plusieurs autres. Pour informations complémentaires, appeler Rick au 250-248-1174 ou consulter le site web Pilgrimage Toward Right Relationships [www.ptrr.org].

Pendant la Semaine Sainte, une série de dix-sept tableaux, intitulée Kisemanito Pakitinasuwin – Le Sacrifice du Créateur – a été exposée dans les locaux de la Indian Métis Christian Fellowship (IMCF), un ministère autochtone urbain à Regina, Saskatchewan. Les tableaux, qui dépeignent les événements depuis la dernière Cène jusqu’à la crucifixion et la résurrection du Christ, sont l’oeuvre du peintre autochtone Ovide Bighetty. Pendant qu’il peignait les tableaux, Bighetty a consulté les aînés et d’autres artistes autochtones et, selon Bert Adema, directeur de l’IMCF, la série s’accorde fidèlement avec le récit biblique et la culture autochtone. L’IMCF espère que la vente de reproductions couvrira les frais et permettra l’exposition des tableaux à travers l’Amérique du Nord. Pour informations complé- mentaires, communiquer par courriel avec Bert Adema à [] ou téléphoner au 306-359-1096. Pour en savoir davantage sur le ministère autochtone, consulter le site web www.crcna.org/crmn/crcm_aborig_metis.htm.

Une mission baptiste au Bélize, afin d’y construire un centre éducatif œcuménique, a invité le père Len Hagel, de la paroisse Saint-Michel de Calgary, à les accompagner pour évaluer le travail de la mission et la possibilité d’aider les pauvres de ce pays. « J’étais le premier prêtre catholique à voyager avec eux » a dit le père Hagel. « Le projet a la bénédiction de notre évêque, Mgr Henry, et portera le nom de notre paroisse », a-t-il ajouté. Les paroissiens de Saint-Michel-Archange ont donné de leur temps et de leurs talents pour aider les seize jeunes et les neuf adultes qui participent à cette mission. « La dimension de foi à Saint-Michel est fortement centrée sur la relation avec Jésus Christ et apprend à voir Jésus dans chaque personne » a dit Arnie Bushulak, un des bénévoles adultes. « Chaque dimanche, nous installons un vieux seau de fer-blanc à côté de l’autel, et des petits enfants courent y jeter des sous. Ce vieux seau a recueilli plus de 18 000 $. Les adolescents tiennent un bar à cappuccino après la messe dominicale pour payer les billets d’avion. « Une famille anonyme a donné 40 000 $ pour construire le centre au Bélize », a dit Bushulak.

Avec l’aide du Fonds du Jubilé, un fonds de placement œcuménique appuyé par une douzaine d’églises de Winnipeg et de communautés religieuses, des associations de quartier travaillent à revitaliser le centre-ville. Des bénévoles aident à transformer des terrains vagues en jardins communautaires et espaces verts. Des maisons délabrées sont rénovées. Quand les gens viennent dans le quartier et voient les jardins et les espaces verts, ils se disent « voilà un endroit où les résidents s’occupent vraiment de leur quartier », déclare Inonge Aliaga, coordonnatrice du logement. Le Fonds du Jubilé a été créé en 2000, année du Jubilé, afin de permettre aux chrétiens du Manitoba de mettre leurs ressources au service de groupes et d’individus qui cherchent à changer les choses dans des quartiers en décroissance ou privés de ressources.

Ontario

Habitat pour l’humanité, organisme chrétien qui se consacre au logement à prix modique, publie trois fois par année un bulletin dans le but d’aider les fidèles de diverses dénominations à faire quelque chose pour pallier le manque de maisons à prix modique. Faith Relations News est un livret de quatre pages d’informations sur l’implication de différentes Églises dans des projets d’Habitat et les demandes de bénévoles pour des projets futurs. Habitat pour l’humanité fournit autant d’exemplaires que nécessaire à n’importe quelle église sans frais, a dit la coordonnatrice du bulletin, Deborah Bernardino. Habitat a entrepris la construction de 14 maisons en mai et de 40 en août de cette année. C’est son projet le plus ambitieux depuis l’arrivée de cette organisation internationale à Toronto en 1988. Pour obtenir des exemplaires de Faith Relations News, communiquer avec Mme Bernardino au (416) 755-7343 poste 34, ou par courriel à [].

La deuxième rencontre des évêques catholiques et anglicans de Toronto, le 5 mai au Centre de renouveau Queen of Apostles à Mississauga, avait mis à l’ordre du jour le problème des sans-abri , de l’alcoolisme et de la toxicomanie chez les autochtones vivant dans la métropole du Canada. Les évêques ont convenu de travailler avec les agences autochtones pour trouver des moyens d’aider une population vulnérable, dont plusieurs se sont détournés de l’Église. « Le problème, ce n’est pas que nous n’avons pas parlé du problème » a dit l’évêque anglican Bedford Jones de York Scarborough, « c’est que nous n’en n’avons pas parlé ensemble. » L’évêque auxiliaire John Boissonneau, responsable du secteur ouest de l’archidiocèse de Toronto a ajouté : « C’est plus qu’une simple discussion. Nous allons entreprendre certains projets communs. » Les évêques de deux des plus importantes Églises chrétiennes de Toronto ont désigné deux membres de leur personnel pour explorer des moyens d’impliquer les Églises dans des services aux peuples autochtones. Le comité fera rapport aux évêques en septembre.

La quatrième journée annuelle prêtres et rabbins, organisée par l’Office des affaires œcuméniques et interreligieuses de l’archidiocèse de Toronto et le Consistoire rabbinique de Toronto, a eu lieu le 28 mai 2003. Le thème de cette année portait sur le caractère sacré de la vie dans nos traditions respectives et les nouvelles questions de morale. Du côté catholique, les présentateurs étaient le père Ron Mercier, s.j., doyen du Regis College de Toronto, et le père Leo Walsh, c.s.b., professeur émérite de l’université de St. Michael’s College. Les présentateurs juifs étaient le rabbin Roy Tanenbaum, de la synagogue Beth Tzedec et le rabbin Sharon Sobel, directrice générale du Conseil canadien pour le judaïsme réformé. Parmi les sujets précédemment traités on note : le mariage, la prédication sur des textes difficiles des Écritures et la Bar/Bat Mitzvah et le sacrement de la Confirmation.

Québec

Le Jour de la Terre a été célébré œcuméniquement le 22 avril 2003 par un rassemblement au Parc Campbell à Montréal. La cérémonie œcuménique était suivie d’un souper « à la fortune du pot » au Centre Wampum. Le Centre Spiritualités et Religions de Montréal, le Centre de ressources sur la non-violence, la Pastorale sociale Centre-Sud et le Centre Wampum organisaient l’activité.

La directrice générale du musée Pointe-à-Callière n’est pas peu fière de « présenter une exposition dont certaines pièces constituent les seules traces matérielles connues démontrant l’existence de lieux ou de personnages bibliques marquants ». La collection comprends des fragments des premiers manuscrits trouvés, en 1947, dans les grottes de Qumran, près de la mer Morte. La centaine d’objets – datant de 1200 avant notre ère jusqu’au 7e siècle après J.-C. – proviennent du Musée d’Israël et de l’Israël Antiquities Authority. L’archéologie et la Bible : Du roi David aux manuscrits de la mer Morte, Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal (Pointe-à-Callière) du 17 juin au 2 nov. (514) 872-9150, Musée canadien des civilisations, à Gatineau, du 5 déc. 2003 au 12 avr. 2004, (819) 776-7000.

Posted: September 30, 2003 • Permanent link: ecu.net/?p=74
Categories: CCEIn this article: Centre Canadien d’œcuménisme
Transmis : 30 septembre 2003 • Lien permanente : ecu.net/?p=74
Catégorie : CCEDans cet article : Centre Canadien d’œcuménisme


  Older postsAnciens articles | Newer postsArticles récents